Seydina Limamou Laye était un pêcheur né en 1845 à Yoff.

Vers 1885, il aurait eu une vision divine faisant ainsi de lui un Mahdi, c’est à dire un envoyé de Dieu.

Il se mit alors à prêcher, incitant ses compatriotes à se convertir à l’islam et pour les musulmans, à pratiquer avec plus de ferveur.

« Répondez à l’appel de Dieu, venez à moi, je suis le messager de Dieu, je suis le Mahdi qu’on attendait ».

À ces paroles, il ajoutait des injonctions à la droiture et à la solidarité. Bientôt, des milliers de personnes arrivèrent de tout le pays pour suivre son enseignement.

Seydina Limamou Laye devint ainsi un prêcheur et le fondateur d’une nouvelle confrérie musulmane : la confrérie des Layenes.

Mais les français s’inquiétaient de la renommée de Seydina Limamou Laye : ils craignaient qu’il ne mène une révolte contre la colonisation.

En 1887, ils décidèrent de l’arrêter. Informé de ce projet, Seydina Limamou Laye partit en exil avec quelques-uns de ses disciples. Il fut finalement arrêté près de Thiaroye puis relâché car le tribunal ne trouva rien à lui reprocher. Il reprit ses prédications.

Mais toute sa vie, il se heurta aux autorités coloniales qui exercèrent des représailles contre lui et contre ses partisans. Il mourut en 1909.

Cette année, est commémorée la 138 eme édition de l’appel de Seydina Limamou Laye. Tous les layennes se sont habillés en blancs.

 

Laisser un Commentaire