La négritude, utilisée pour la première fois par Aimé Césaire dans son « Cahier d’un retour au pays natal » en 1939. Ce néologisme a été créé sur la base du mot Nègre.

Ce mot qui jusque-là employé négativement, devient alors un symbole de Fierté. 

Ce  fut donc la rencontre entre le martiniquais Aimé Césaire, le sénégalais Léopold Sédar Senghor et le guyanais Léon Gontran Damas, les principaux chantres de la négritude. Ils ne partageaient pas les mêmes vécus historiques mais avaient tous un seul but : « libérer l’Afrique du joug colonial. »

Mouvement politique culturel et littéraire, la négritude dénonce le colonialisme, rejette la domination occidentale et défend la notion de « Roi noir».

Affirmation des valeurs culturelles et spirituelles africaines, la négritude est pour :

CESAIRE : « Le fait d’être noir et l’acceptation de ce fait, de son destin et de toute son histoire. ».

DAMAS : « Le fait de défendre sa qualité de nègre.».

SENGHOR : « L’ensemble des valeurs de civilisation du monde noir, l’esprit de la civilisation africaine : un enracinement dans ses valeurs mais aussi une ouverture aux apports féconds des autres civilisations. »

La négritude est donc pour Césaire une libération et une affirmation, pour Damas une plainte et une défense et pour Senghor un enracinement et une ouverture. C’est pourquoi ils parlent « du rendez-vous du donner et du recevoir. ».

Ainsi, pour dénoncer les maux de sa société et fustiger cette ségrégation raciale, ses frères qui nous sont plus proche par le sang vont se fixer les objectifs suivants :

Défendre la dignité et la personnalité du nègre.

Lutter contre l’assimilation, l’aliénation, la colonisation et contre toute sorte de domination

Revaloriser le nègre et sa culture.

  • Lutter pour les droits civiques du noir
  • Lutter pour le retour aux sources africaines
  • Promouvoir les cultures africaines
  • Lutter pour l’indépendance politique des pays africains 

 

La négritude, utilisée pour la première fois par Aimé Césaire dans son « Cahier d’un retour au pays natal » en 1939. Ce néologisme a été créé sur la base du mot Nègre.

Ce mot qui jusque-là employé négativement, devient le symbole de Fierté. 

Ce  fut donc la rencontre entre le martiniquais Aimé Césaire, le sénégalais Léopold Sédar Senghor et le guyanais Léon Gontran Damas, les principaux chantres de la négritude. Ils ne partageaient pas les mêmes vécus historiques mais avaient tous un seul but : « libérer l’Afrique du joug colonial. »

Mouvement politique culturel et littéraire, la négritude dénonce le colonialisme, rejette la domination occidentale et défend la notion du « Roi noir».

Affirmation des valeurs culturelles et spirituelles africaines, la négritude est pour :

CESAIRE : « Le fait d’être noir et l’acceptation de ce fait, de son destin et de toute son histoire. ».

DAMAS : « Le fait de défendre sa qualité de nègre.».

SENGHOR : « L’ensemble des valeurs de civilisation du monde noir, l’esprit de la civilisation africaine : un enracinement dans ses valeurs mais aussi une ouverture aux apports féconds des autres civilisations. »

La négritude est donc pour Césaire une libération et une affirmation, pour Damas une plainte et une défense et pour Senghor un enracinement et une ouverture. C’est pourquoi ils parlent « du rendez-vous du donner et du recevoir. ».

Ainsi, pour dénoncer les maux de sa société et fustiger cette ségrégation raciale, ces frères qui nous sont plus proche par le sang vont se fixer les objectifs suivants :

Défendre la dignité et la personnalité du nègre.

Lutter contre l’assimilation, l’aliénation, la colonisation et contre toute sorte de domination

Revaloriser le nègre et sa culture.

  • Lutter pour les droits civiques du noir
  • Lutter pour le retour aux sources africaines
  • Promouvoir les cultures africaines
  • Lutter pour l’indépendance politique des pays africains 

Laisser un Commentaire